Le projet sur Bouffioulx

https://sites.google.com/site/charleroirespire/_/rsrc/1450391912202/le-projet-e420/Le-projet-E420/1-Nationale%205%20projet%20de%20d%C3%A9doublement

Le dernier projet propose  une variante (#3) qui consiste à raccorder la E420 à l’échangeur existant de la Blanche Borne via un tracé longeant le chemin du Bois de Fromont, passant à l’ouest de l’hôpital IMTR, rejoignant l’échangeur via le rond-point de la rue de Villers et longeant la rue Longue Haies...

C'est l'option retenue par le comité... à condition que tout le trafic ne soit concentré sur la branche EST.  La grande rocade de Charleroi, déviant le trafic international avant Somzée est considérée comme une meilleure solution.

 

 

Ce jeudi 28 septembre, le Gouvernement wallon a pris acte de l’étude d’incidences relative au dossier de la sortie sud de Charleroi et décide de poursuivre la procédure en transmettant le projet de plan et le rapport sur les incidences environnementales aux collèges communaux concernés. La prochaine étape de ce dossier est donc le lancement de l’enquête publique qui sera réalisée sur le territoire des communes auxquelles s’étend la révision.

 

L’étude d’incidences relative à l’avant-projet de révision des plans de secteur de Charleroi et de Philippeville-Couvin en vue de l’inscription d’un projet de tracé de la E420-N5 au Sud de Charleroi et du périmètre de réservation qui lui est associé, réalisée par la société STRATEC-XMU Mariage, démontre clairement que les problèmes de mobilité à moyen et long termes à l’entrée sud de Charleroi ne pourront être résolus uniquement avec une adaptation des réseaux existants. Elle confirme la nécessité d’envisager une nouvelle infrastructure de communication.

 

La suite de la procédure : l’enquête publique

 

Le lancement de l’enquête publique sera annoncée à la population dans la presse écrite et via des affiches au sein des valves communales.

 

Toute personne intéressée pourra consulter le dossier dans les communes concernées (Gerpinnes, Ham-sur-Heure Nalinnes, Walcourt), sur le site internet de la Direction de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme du Service Public de Wallonie (DG04) ou des sites internet des communes concernées.

 

Toute personne  intéressée pourra remettre un avis sur le tracé proposé par le Gouvernement wallon en s’appuyant sur les conclusions du rapport de l’étude d’incidences dans les 45 jours suivants le lancement officiel de l’enquête publique. Celle-ci devrait débuter et se clôturer avant la fin de l’année 2017.

 

Le rapport de l’étude d’incidences sur l’environnement

 

Comme stipulé ci-dessus, l’étude d’incidences démontre clairement que les problèmes de mobilité à moyen et long termes à l’entrée sud de Charleroi ne pourront être résolus uniquement avec une adaptation des réseaux existants. Elle confirme la nécessité d’envisager une nouvelle infrastructure de communication.

 

L’étude d’incidences a analysé 3 trois alternatives et 3 variantes:

 

-       l’alternative zéro « plus » : qui vise la non réalisation de l’avant-projet de plan et une réponse au besoin de mobilité par une amélioration des infrastructures et des services existants (routes, rail, TEC, …) ;

 

-       l’alternative ouest : qui ne retient que la branche ouest de l’avant-projet de tracé ;

 

-       l’alternative est : qui ne retient que la branche est de l’avant-projet de tracé ;

 

-       la variante 1 : qui remplace le contournement de Somzée par un aménagement de la N5 dans la traversée du village, dont une partie en tunnel ;

 

-       la variante 2 : qui préconise un tracé rectiligne évitant le quartier « Ma Campagne » au niveau des bois de la Bierlêre et de Roumont ;

 

-       la variante 3 : qui envisage le raccordement de la branche est au R3 au niveau de l’échangeur de la Blanche Borne existant.

 

 

L’étude d’incidences démontre également qu’il est indispensable de conserver les deux branches de l’avant-projet de plan afin de pouvoir répartir le trafic entre l’est et l’ouest et ne pas impacter de manière significative la mobilité sur les infrastructures existantes, notamment sur le R3.

 

L’auteur d’étude recommande enfin d’écarter la variante 2 et de retenir les autres variantes :

 

-       la variante 1 en commençant le tracé de la nouvelle infrastructure de communication à partir de son croisement avec la N5 au nord de Somzée ;

-       la variante 3 en se raccordant à l’échangeur existant de la Blanche Borne via un tracé longeant le chemin du Bois de Fromont, passant à l’ouest de l’hôpital IMTR, rejoignant l’échangeur via le rond-point de la rue de Villers et longeant la rue Longue Haie.

 

Le Ministre wallon de l’Aménagement du territoire Carlo DI ANTONIO appelle tous les citoyens intéressés à se manifester et à participer à cette enquête publique qui est la voie officielle de manifestation des avis sur le projet de tracé proposé par le Gouvernement wallon. C’est donc le moment pour les citoyens de faire entendre leur avis de manière réglementaire et constructive. Le Ministre entend dégager une solution crédible et concertée. Il salue d’ores et déjà l’engagement et la collaboration des différents partenaires dans ce projet.

 

 

 

Pour rappel

 

Le Gouvernement wallon a décidé le 29 octobre 2015 de réviser le plan de secteur en vue d’inscrire un périmètre de réservation et un projet de tracé de la E420-N5 au sud de Charleroi.

 

Le périmètre et le projet de tracé proposés par le Gouvernement ont été soumis à une étude d’incidences environnementales. Cette première étape obligatoire a été effectuée par un bureau d’études indépendant sous le contrôle de l’Administration. Les conclusions de cette étude ont pour objectifs de permettre au Gouvernement wallon de réévaluer et d’adapter le projet de tracé, avant le lancement de la consultation populaire et la sollicitation des avis requis.

 

Pour définir ce projet de tracé, le Gouvernement wallon s’est basé sur une nouvelle stratégie abandonnant la vision d’une autoroute et de ses contraintes au profit de Voies Rapides Urbaines.

 

Le Gouvernement wallon a également orienté sa méthodologie pour faire de la N5 un véritable boulevard urbain.

 

Enfin, dans la définition du tracé, le Gouvernement wallon a veillé à ce que la mobilité de l’actuelle N5 puisse être maintenue pendant la durée des travaux.

000webhost logo